Les temps forts de la cérémonie d’ouverture du 10e Forum mondial de l’eau 2024  

Le 10e Forum mondial de l’eau a ouvert officiellement ses portes, lundi 20 mai 2024, au Bali International Convention Center, sur l’île indonésienne de Bali sous le thème « L’eau pour une prospérité partagée ».

Organisé par le Conseil mondial de l’eau, la rencontre rassemble des sommités mondiales telles que le président du Conseil mondial de l’eau Loïc Fauchon, le vice-premier ministre malaisien Fadillah Yusof, le président des Fidji Wiliame Katonivere, le magnat milliardaire de la technologie Elon Musk ainsi que des participants venus de plus de 70 pays, composés d’universitaires, d’organisations de la société civile et du secteur privé.

 Le Forum mondial de l’eau se tient tous les trois ans, cette 10éme édition se concentre sur quatre thématiques majeurs à savoir « la conservation de l’eau », « l’eau propre et l’assainissement », « la sécurité alimentaire et énergétique », et « l’atténuation des catastrophes naturelles ».

Six sous-thèmes seront abordés : la sécurité et le bien-être liés à l’eau ; l’eau pour les humains et la nature ; la réduction et la gestion des risques de catastrophes ; la gouvernance, la coopération et l’hydrodiplomatie ; le financement durable de l’eau ; ainsi que la connaissance et l’innovation.

 Jokowi appelle à « des actions mondiales pour la gestion durable de l’eau »

Dans son discours d’ouverture, le président indonésien Joko Widodo (Jokowi) a exhorté les chefs d’État « à prendre des mesures visant à actualiser une gestion inclusive et durable de l’eau ».

Selon Indonesian News Agency (ANATARA) qui rapporte l’information, Jokowi a déclaré que « le forum est censé encourager les dirigeants du monde à prendre des mesures concrètes et à réaffirmer leur engagement commun à échanger des idées, à formuler des solutions innovantes et à ouvrir la voie à une gestion intégrée des ressources en eau ».

Selon l’Indonésien, la rencontre vise à réaffirmer l’engagement et à formuler des actions concrètes liées à une gestion inclusive et durable de l’eau. Il a en outre souligné que l’eau pourrait être considérée comme « le prochain pétrole » à l’avenir, notant que les pénuries d’eau pourraient ralentir la croissance économique jusqu’à 6 pour cent d’ici 2050.

Le 8ème Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau décerné à la FAO

Le Chef du gouvernement marocain Aziz Akhannouch a procédé aussi lors de la cérémonie d’ouverture à la remise du 8ème Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau, décerné cette année à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Retenue parmi 84 candidatures reçues par le secrétariat du Grand Prix Mondial Hassan II de l’eau, la FAO a reçu un chèque d’une valeur de 500.000 dollars américains pour son engagement en faveur de “la sécurité des ressources en eau pour la souveraineté alimentaire et le partage de la prospérité “.

En rappel, créé en mars 2002, le Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau est une initiative conjointe du Conseil mondial de l’Eau et du Royaume du Maroc, en mémoire de Feu Sa Majesté Hassan II et en hommage aux efforts que le défunt Souverain a déployés en faveur du développement de la coopération internationale et de la solidarité pour la gestion durable des ressources en eau et leur préservation.

Le Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau est attribué tous les trois ans à l’occasion de chaque édition du Forum en récompense aux initiateurs de projets ayant accompli une importante contribution dans les domaines du développement et de l’utilisation des ressources en eau, au niveau tant scientifique qu’économique, technique, environnemental, social, institutionnel, culturel ou politique.

Première déclaration ministérielle de Bali

La toute première déclaration ministérielle du forum sera officiellement adoptée le 21 mai à Bali. Elle comprend quatre initiatives de suivi du 10e Forum mondial de l’eau à savoir la désignation de la Journée mondiale des lacs, la création d’un Centre d’excellence sur l’eau et la résilience climatique, la gestion intégrée des ressources en eau sur les petites îles et la collecte de fonds pour des projets liés à l’eau, la création d’un compendium de résultats et d’actions concrets.

Création d’un Fonds Mondial pour l’Eau

La création d’un fonds mondial pour l’eau a été aussi évoqué lors du plus grand évènement lié à l’eau au mondée. En effet, le gouvernement indonésien tente d’encourager la création dudit fonds afin de répondre aux déséquilibres budgétaires et d’accélérer la réalisation de l’objectif 6 des objectifs de développement durable (ODD), à savoir assurer l’accès de tous à l’eau potable et à des services d’assainissement

Par conséquent, la formation du Fonds mondial pour l’eau est cruciale en tant que mesure concrète pour surmonter les problèmes mondiaux liés à l’eau, puisqu’il devrait être en mesure de répondre aux besoins en infrastructures hydrauliques, d’atténuer les crises ou les catastrophes liées à l’eau, de faciliter l’adaptation au changement climatique et de contrôler les mécanismes.

Par ailleurs, l’idée d’un fonds mondial pour l’eau en est encore au stade de la discussion pour proposer sa création, ce qui implique plusieurs parties, non seulement les gouvernements nationaux mais aussi les organisations internationales, dont la Banque mondiale.

En rappel, dans le monde 2,2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des services d’eau gérés en toute sécurité, dont 1,5 milliard bénéficient de « services de base », 292 millions d’une eau « limitée », 296 millions utilisent des sources non améliorées et 115 millions puisent encore leur eau potable directement dans les rivières, les lacs et d’autres sources d’eau de surface, d’après les données de l’UNICEF.

Maguette Kebe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

More like this

La Côte d’Ivoire, 10e pays africain à adhérer à...

Face à l’augmentation du stress hydrique et aux effets du changement climatique sur les ressources en eau...

Vers la construction d’ouvrages de relèvement du niveau du...

L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a organisé, lundi 15 juillet 2024, un...

Tunisie/Sécurité hydrique : L’avenir réside dans le dessalement de...

La situation hydrique en Tunisie demeure critique en raison de la sécheresse, du faible taux de remplissage...